Lamballe-Armor 8.6°C

Le conseil communautaire a débattu pour la 1ère fois au sujet de la prospective financière lors du DOB en novembre 2021

Pour rappel, le bureau communautaire a souhaité disposer d’une prospective financière pour Lamballe Terre et Mer. Le débat d’orientation budgétaire (DOB) qui s’est tenu en novembre a été l’occasion de présenter cette prospective et de débattre des projets envisagés.

Tous les arbitrages pour la période 2022-2026 n’ont pas été rendus : ce sera l’objet de travaux à venir. Dans tous les cas, la situation financière de LTM, actuelle et future a pu être présentée. Des projets d’investissements vont être redimensionnés ou lissés dans le temps, et une réflexion sur la définition du niveau de service. Pour rappel, l’objectif pour 2022 est un ratio de désendettement inférieur à 7 années.

Le budget primitif 2022 de LTM : 130 M€ au service des habitants

Le budget primitif 2022 de Lamballe Terre et Mer représente 130 M€ : 81,5 M€ en fonctionnement et 48,5 M€ en investissement. Cela concerne un budget principal et 7 budgets annexes.

La répartition des dépenses par politiques publiques 

2022 sera marquée par une hausse importante des frais d’énergie (+ 34 %), et une augmentation de masse salariale (+ 3,7 %),le choix ayant été fait de reprendre des compétences exercées jusqu’à présent par le pays de Saint-Brieuc, de renforcer les services pour satisfaire leurs missions et pour doter la collectivité en ingénierie dans plusieurs domaines (ajouté à l’augmentation des charges et cotisations)

En termes d’investissement, les projets s’élèvent à 17,6 M€ pour le budget principal, 2,7 M€ pour les travaux de voirie pour le compte des communes, 2 M€ pour les déchets, 3,1 M€ pour l’eau potable, et 7,1 M€ pour l’assainissement.

Financement des dépenses 

Pour financer ces dépenses, les recettes vont provenir principalement des refacturations et des produits des services publics (36,5 M€),  de la fiscalité (26,1 M€), des dotations et subventions (12,6 M€), des subventions d’investissement (3 M€), et du recours prévisionnel à l’emprunt (25,4 M€).